PICTORAGE

A propos de l'auteur




Je ne me souviens pas la raison pour laquelle je me suis lancé dans cette passion, la première fois que je me suis retrouvé confronté à un phénomène important fut la tornade qui a touché Montpellier en 2000 (article Keraunos). Je ne l'ai pas vécu directement mais j'ai pris l'orage qui l'a généré avec des précipitations extrêmes (j'étais en bus à ce moment-là en retour de sortie scolaire) et vu les dégâts en rentrant le soir (la tornade avait traversé l'autoroute au niveau du rondpoint des près d'arènes).
Les premières photos que je retrouve datent du 16 juin 2003, j'avais 14 ans et nous venions d'acquérir un petit appareil photo compact (Nikon Coolpix 3100) de 3.2mégapixel.

Le second phénomène météorologique remarquable vécus correspond aux inondations dans l'Hérault du 3 décembre 2003 (reportage ICI) lors de la première Alerte Rouge dans ce département depuis la création du système. Ces inondations avaient été extrêmement violentes (similaires aux récentes inondations du 29/09/2014 à Montpellier) et dans mes souvenirs nous avions mis plus de 3h pour un aller-retour entre Vendargues et Mauguio (environ 30 KM aller-retour). Le lendemain de cette journée dont je me souviens encore, j'ai eu droit à une probable trombe (trop loin pour voir le buisson au sol mais durée du phénomène >15min) sur Lattes vue depuis Vendargues.

Trois ans plus tard, c'est en 2006 que j'ai vécu les plus fortes sensations avec le passage d'une tornade sur mon domicile vers 3h du matin (article Keraunos). Dans mes souvenirs, j'allais toujours à la fenêtre dès qu'il y avait un orage. Ce soir-là j'étais couché, les volets entrouverts et je voyais de très nombreux flashs. Les éclairs et le tonnerre étaient même continus et donc je me suis dit que je n'arriverais jamais à faire une photo potable avec autant de flashs. Je suis donc resté dans mon lit à fixer la fenêtre avec une certaine angoisse ou appréhension. J'entends encore ma mère, qui se trouvait dans la pièce d'à côté devant la fenêtre (heureusement fermée) avec les volets ouverts, dire en voyant l'horizon se boucher, comme avec un rideau de pluie, « la saucée qu'on va prendre ! ». Et en effet, c'est à ce moment que tout à coup le vent s'est levé avec une violence impressionnante, j'avais également l'impression que l'on jetait des seaux d'eau sur ma fenêtre comme si je n'avais pas de volets. J'ai le souvenir d'un sifflement, du vent qui change de sens tout à coup, des craquements puis une fois ce vacarme passé plus rien. Le silence total était revenu, plus une goutte d'eau, plus un souffle de vent et surtout le plus inquiétant plus une parole (nous étions 5 personnes éveillés dans des pièces différentes de la maison à parler de l'orage avant tout ce vacarme) comme si tout était figé. Une fois le choc passé nous sommes sortis dehors et avons constaté les nombreux dégâts (toitures arrachées, arbres cassés, l'abri de terrasse complètement fracassé et descellé du mur de la maison).De nombreuses fuites d'eau étant présentes nous avons entrepris d'aller chercher un véhicule de pompier en voiture (ils tournaient dans le village) afin qu'ils nous aident à bâcher le toit. C'est à ce moment-là que l'on a pris conscience de ce qui venait de se passer en constatant de très nombreux dégâts dans le village. Depuis ce jour je rêve d'en voir une, seule ma mère l'a vu venir sans le savoir en confondant un rideau de pluie très dense avec le buisson de la tornade (nuage produit par les débris et la poussière soulevés par la tornade). Cette tornade était une EF2 avec des vents de 175 à 200Km/h et non une mini-tornade comme disent bien souvent les medias (le terme ""mini-tornade"" est une invention, il n'existe que des tornades).

Après cet évènement il va de soi que malgré la passion et mon enthousiasme pour ces phénomènes violents je ne souhaite pas et ne souhaiterais jamais, pour l'avoir vécu, que cela cause des dégâts qu'ils soient matériels ou humains car malheureusement les caprices de la météo ont régulièrement des bilans très lourds.

Après cela j'ai fait une longue pause puis j'ai repris depuis 2012 avec plus de budget pour l'appareil photo, le permis de conduire en poche et une voiture pour traquer l'orage. Par cette passion, dans laquelle j'entraine aussi régulièrement ma Moitié, j'ai rencontré Chrispics (son site ICI), Niko, Lucas, Sebastien, Albert; d'autres chasseurs d'orages que je rejoins régulièrement. D'autres se rajouterons à la liste car le monde est petit et même perdu au fin fond de l'Aveyron nous arrivons à croiser d'autres chasseurs d'orages!


Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une très bonne lecture!

Copyright PICTORAGE.FR 2015-2017, tous droits réservés
Date de création:14/03/2015